MEME DANS LA TEMPETE : 400 PERSONNES DANS LES RUES DE LAVAL LE 14 JANVIER

, par udfo53

Intervention de l’intersyndicale

Merci d’être présents à nouveau pour combattre le projet de réforme des retraites

« Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt !!! »

Quand l’intersyndicale montre les méfaits de la réforme, les idiots regardent l’âge pivot.

Faut-il voir un compromis dans l’annonce du gouvernement de suspendre à titre très provisoire l’âge pivot de départ à la retraite ? C’est certainement l’objectif que ce sont donnés les tenants de la contre-réforme. Le pseudo recul orchestré par le gouvernement n’est là que pour conforter la confusion et tenter de faire avaler le projet.

Lisez le courrier du premier ministre, l’âge pivot n’est pas retiré. Il est tout au plus repoussé ou transformé en âge d’équilibre. C’est l’art de nous prendre pour des imbéciles.

Dans les faits la CFDT crie victoire dans un combat qu’elle ne mène pas et le gouvernement adoube l’UNSA , non représentative selon la loi et dont les positions de sa direction sont illégitimes pour ses syndiqués engagés dans l’action. II faudrait que certaines organisations syndicales, en tout cas leurs directions, restent cohérentes. La CGT et FORCE OUVRIERE se sont opposées à la mise en place de l’âge pivot à l’agirc-arcco, les régimes complémentaires. La CFDT l’a validé et mis en place. Il faut rester cohérent. Cela prouve bien que ce débat n’est que de la manipulation.

La réalité, c’est que le débat de l’âge pivot, maintenant appelé équilibre n’est qu’un écran de fumée.

La conférence sur le financement de la réforme ne servira à rien. La lettre de cadrage du gouvernement interdit de discuter de tout sauf de l’âge d’équilibre.

Mesdames, Messieurs, nous voulons revenir sur ce que nous entendons sans arrêt, c’est le terme de « Réformiste ». Le gouvernement et certains médias passent leur temps à opposer les organisations qui seraient réformistes et les autres qui seraient de dangereuses organisations contestataires. Le vrai réformisme, c’est celui qui vise à améliorer les conditions de vie des salariés, qui participe au progrès social. Être réformiste, ce n’est pas accompagner, voire participer à la régression sociale. La CGT, FO FSU, Solidaires et MNL sont les seules dans ces conditions à se prévaloir du terme de réformistes.

Le « système dit universel par points » est une régression sociale sans précédent et nous ne pouvons l’accepter.

Les raisons de notre combat engagé depuis le 5 décembre et l’appel à la mobilisation par la grève, les blocages et les manifestations sont toujours présentes et les reculs gouvernementaux ne sont le fruit que du rapport de force. L’heure n’est pas à baisser la garde, notre détermination est intacte pour obtenir le retrait, rien que le retrait.

Il n’y a rien à négocier avec ce projet de réforme. Elle renforcera la précarité, détruira la solidarité entre les générations pour laisser libre cours à la capitalisation à ceux qui en auront les moyens pour le seul bénéfice des fonds de pensions, amis de Macron.

C’est pourquoi, nos organisations appellent à continuer et amplifier encore la mobilisation par la grève et les manifestations pour obtenir le retrait de ce projet et l’ouverture de véritables négociations sur l’emploi, les salaires, la fin de la précarité notamment étudiante, les cotisations et l’amélioration du droit à la retraite dans le cadre du système et des régimes existants.

Nous appelons l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salariés le décident.

Le seul compromis possible est le retrait de la réforme, un point c’est tout.

RETRAIT RETRAIT RETRAIT RETRAIT