LAVAL, RENAZE, MAYENNE, EVRON : MOBILISATION DU 9 OCTOBRE 2018

, par udfo53

Prise de parole unitaire FO - CGT - FSU - SOLIDAIRES : mobilisation du 9 octobre 2018

Malgré les « affaires » qui ont secoué le pouvoir cet été, les démissions des ministres, les « couacs », les sondages de plus en plus défavorables, le président Macron entend « maintenir le cap », « c’est-à-dire poursuivre la destruction des conquêtes sociales, accélérer le démantèlement des services publics républicains avec comme point d’orgue l’anéantissement de la sécurité sociale au bénéfice des plus riches, du patronat et du capital financier ». Tout doit y passer. Le président Macron a expliqué la semaine dernière que nous n’avions pas le droit de nous plaindre !!! Rien d’étonnant pour un homme qui se prend pour un dieu, en l’occurrence Jupiter et qui gère le pays comme un PDG du CAC 40. Nous avons l’habitude des petites phrases méprisantes de ce président qui pense avoir raison sur tout, tout le temps, tout seul et contre tout le monde.

Eh bien non, Jupiter, nous continuerons à lutter contre la politique d’anéantissement de notre modèle social jusqu’à ce que nous ayons satisfaction.

Depuis l’arrivée de Jupiter au pouvoir, nous subissons :
- les attaques tous azimuts contre le droit du travail et la protection sociale
- la baisse du pouvoir d’achat des actifs et des retraités ponctionnés jusqu’à l’os
- la destruction des services publics de proximité (santé, écoles, postes, …)

Il y a urgence à se mobiliser car il souhaite continuer et détruire tout égalité, toute solidarité afin d’ériger une société du chacun pour soi.

Quelques exemples :
-  Le plan santé 2022 donne des gages à la médecine libérale quand elle abandonne à son sort l’hôpital public. Le projet de financement de la sécu obligera à faire un 1 milliard d’économie en 2019 sur les hôpitaux. Ce qui entrainera à nouveau des fermetures de lits, de services et des suppressions de postes au mépris des besoins de la population.

-  La future réforme de l’assurance chômage pour laquelle Macron exige 4 milliards d’économie. C’est bien connu, les chômeurs sont responsables de leur situation. Ils n’ont qu’à traverser la rue. Mais rappelons qu’il y a 300 000 emplois non pourvus et souvent des emplois précaires pour 6.5 millions de chômeurs.

-  La fin des cotisations sociales, ce qui finira d’anéantir la sécurité sociale. La sécurité sociale n’appartient plus, ni aux assurés sociaux, ni aux allocataires, mais à l’Etat, qui la dirige et pour ce faire, décide des financements comme bon lui semble.

-  La future contre-réforme des retraites « par points ». Nous passerions d’un système solidaire intergénérationnel à un système individuel qui ouvrira la voie de la capitalisation. Cette réforme conduirait à réduire le niveau des pensions actuelles de plus de 15 %. Cela sera aussi la fin de l’âge de départ à la retraite. Les femmes seraient particulièrement impactées par cette réforme.

-  Les services publics ne sont pas épargnés par la suppression supplémentaire de 4164 emplois en 2019.

-  La priorité soi-disant donnée à l’enseignement se solde par une destruction du baccalauréat, de l’enseignement professionnel, un système de sélection accrue avec parcoursup et la suppression de 1800 postes à la rentrée 2019…

Jupiter détruit notre modèle social et nous n’aurions pas le droit de nous plaindre.

Pourtant, nous avons bien d’autres raisons :

Le gouvernement vient de présenter un budget à nouveau sous le signe de l’austérité. De nouvelles ponctions sont faites sur notre pouvoir d’achat avec les gels des retraites et pensions, le gel des allocations et minima sociaux, le gel du point d’indice des fonctionnaires, etc.… Le pouvoir d’achat a baissé de 24 milliards (CGS – inflation - prix de l’énergie - taxe essence - baisse des APL - gel des salaires, de pensions et retraites…).

Et en même temps :
- les entreprises du CAC 40 réalisent des profits colossaux (94 milliards en 2017), en les redistribuant majoritairement aux actionnaires
- 100 milliards s’évaporent chaque année avec l’évasion fiscale
- 70 milliards ont été distribués aux entreprises en les exonérant de cotisations sociales, et en pérennisant le CICE, autant de dispositifs dont les effets sur l’emploi sont nuls
- 11 milliards d’euros sont reversés aux plus riches en supprimant l’ISF, l’exit taxe, avec la fin de la taxation à 3 % sur les dividendes, le plafonnement de la taxe sur le capital…

En même temps qu’il remplit les poches des plus riches, Jupiter présente son plan pauvreté, qui n’est autre qu’un plan de charité (0.63 euro par jour et par personne en grande difficulté) et les aides sociales seront conditionnées à de nouvelles obligations pour ceux qui pourraient y prétendre. Là aussi c’est bien connu, les pauvres sont responsables. Ce plan de charité de 8 milliards sur 4 ans n’est qu’une vaste opération d’enfumage.

En effet, ce sont 3 milliards par an que l’état va ponctionner sur les allocations sociales et les pensions et 1.7 milliard sur les aides au logement. En clair, Macron va financer son plan pauvreté en faisant payer les pauvres qu’il appauvrit avec ses mesures !

La théorie du ruissellement de Macron est une vraie fumisterie. Penser qu’en remplissant encore plus les poches des riches, ça débordera tellement que le fric ruissellera jusqu’au sur les pauvres, c’est nous prendre pour des imbéciles.

C’est bien notre travail qui crée les richesses et elles ont été multipliées par 4 en 30 ans.

Le modèle social du nouveau Monde de Jupiter, c’est l’ancien régime.

Nous devons porter d’autres perspectives de progrès social. Le chacun pour soi n’a jamais profité au plus grand nombre ! Seule la solidarité permet de payer les retraites, les allocations chômage, de nous couvrir en cas de maladie.

Alors agissons, revendiquons pour :
-  L’augmentation générale des salaires, de pensions et des minima sociaux
-  Le maintien de tous les régimes de retraites par répartition : non à la retraite par point et par capitalisation
-  La défense de la sécurité sociale basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ». Exigeons le retour à une vraie gestion paritaire de la protection sociale collective
-  La défense et le développement des services publics
-  La défense de l’hôpital public et l’accès gratuit aux soins
-  Le maintien du régime d’assurance chômage
-  L’abrogation de la loi el khomri et le les ordonnances travail, véritables machines de guerres pour détruire les garanties collectives
-  Le maintien et la création de postes dans l’enseignement public, et l’abandon de parcours sup.

Non Jupiter, la France n’est pas une « start-up nation » où seuls les « premiers de cordées » prospéreraient pendant que « ceux qui ne sont rien » seraient culpabilisés parce qu’ils couteraient « un pognon de dingue »et seraient soumis à la corvée et invités à « traverser la rue pour trouver un emploi » et ce, sans se plaindre.

Défendons l’égalité, la solidarité, les droits collectifs. NON à la régression sociale, OUI au progrès social, OUI au partage des richesses.